Psycho

Et si j’étais accro à Grindr ? Le savoir et en sortir…

Je ne vais pas surement pas me faire des amis, mais Grindr peut être un problème dans la communauté gay. Certes, pas pour tout le monde! Beaucoup savent séparer Grindr de leur vie quotidienne, mais il y en a aussi beaucoup qui succombent à la facilité et ne peuvent s’en passer.

L’addiction peut être problématique dans n’importe quel spectre, que ce soit pour le jeu, le sexe ou la caféine. Lorsque nous nous laissons sombrer dans une routine, notre cerveau n’a plus d’autre choix que de la suivre. Finalement, ces habitudes deviennent une partie de notre vie quotidienne – si elles sont mauvaises, nous nous enfonçons dans un état psychologique peu sain.

Grindr n’est ni bon ni mauvais, mais chez les mecs gays, ce devient ce qui les défini, il peut être judicieux de se sevrer de cette app. Voici 10 étapes hautement recommandées pour les toxicos à Grindr !

ÉTAPE 1: Admettez que vous avez un problème.

Pas forcément tout le monde aura cette dépendance à Grindr, mais ceux qui l’ont, savent qu’ils l’ont – ils ne peuvent pas empêcher de voir le temps que cela empiète sur leur productivité, tant au travail qu’à la maison.

Parfois, nous ne voulons pas se débarrasser de ça parce que, à chaque fois, ça revient dans notre routine quotidienne et améliore notre self-estime.
Mais il arrive un moment où nous avons tous besoin de repenser nos priorités. Si Grindr vous empêche ou vous freine dans l’accomplissement de vos responsabilités, alors oui, vous avez un problème. Mais d’abord, vous devez l’admettre.

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

1 Réaction

1 Réaction

  1. Grégory Popiets sur Facebook

    20 mai 2015 à 17 h 28 min

    Je plussoie c un véritable probleme , mes amis en sont accro en permanence meme dans les bars gays lol

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES POPULAIRES

Haut