Psycho

La vérité sur les plans culs

Les mecs gays aiment le sexe, mais il en va de même pour tout le monde sur cette planète. Une chose qui nous sépare du reste de la société, malheureusement, c’est notre affection pour les rapports occasionnels. C’est même devenu un stéréotype dont nous essayons de nous débarrasser, mais il y’a une vérité cachée que la plupart d’entre nous pourrait ne pas voir: le rapport au sexe occasionnel n’est pas de même pour tout le monde.

Contrairement à la croyance populaire, vous n’avez pas besoin d’être dans les clubs ou sur Grindr à chercher votre prochain plan cul pour être un gay épanoui .

Aujourd’hui, il semble que de plus en plus de jeunes mecs sont poussés à multiplier les plans culs simplement parce que leurs amis le font. Cela ne peut pas être forcément sain.

Parce que votre colocataire est totalement à l’aise à multiplier les conquêtes d’un soir ne signifie pas que vous trouverez un équilibre là dedans. Il est devenu difficile d’avouer qu’on est « pas branché plan culs« . Pour une raison quelconque, nous nous persuadons que les gens vont penser que vous avons un manque affectif, que nous nous attachons trop facilement ou que nous sommes émotionnellement instable.

Les rapports occasionnels ne sont pas une obligation pour un mec gay épanoui et bien dans sa tête. Ce n’est pas une phase par laquelle passer systématiquement , au contraire, sur le long terme, elle n’est jamais bénéfique. Ne nous m’éprenons pas, nous sommes nombreux à vivre cette période de 1/2 ans axée sur des coups d’un soir, surtout à nos débuts « assumés ». C’est un bon moyen de se débarrasser de ses inhibitions et nous avons le besoin d’expérimenter de nouvelles choses.

Le pire, et j’en parle en connaissance de cause, c’est qu’en vivant cette phase délurée, nous pensons que ça doit être pour tout le monde pareil. En voyant un proche amis de 20 ans s’impliquant dans une relation, je pensais naïvement qu’il nuisait à son avenir, car il n’avait pas encore brassé un assez grand palmarès de conquêtes  – comme j’étais en train de le faire. Eh bien, au final, il a sû trouver son équilibre avec son keum durant prêt de 10 ans.

Certains aiment le sexe, d’autres adorent le sexe, et d’autres en sont addictes. Mais une forte libido ne dit rien pour sa capacité à assumer inconsciemment les rencontres d’un soir.

Une fois qu’une relation se termine, surtout chez les plus jeunes d’entres nous, nous sommes confrontés à un choix cornélien : «Devrais-je en profiter pour explorer de nouvelles choses », « Devrais-je me (re)mettre aux plans culs ? » …

Et lorsque vous êtes entouré par des potes à l’aise avec les plan sexe, c’est juste une question de temps avant que vous commenciez à vous demander ce qui ne va pas chez vous à  ne pas vouloir « vous lâcher ».

Si vous n’êtes pas à l’aise avec ça, vous n’êtes pas seul. Vous n’avez pas besoin de faire ce que vos amis vous disent de faire ou ce que la plupart du milieu fait. Arrêtez d’écouter les gens vous dire que vous devez expérimenter plus ou tomber votre pantalon au premier mec chaud que vous croisez. Sauf si vous voulez le faire, il n’y a aucune raison qui vous y oblige. Les rapports occasionnels amènes à des automatismes qui, pour certains, peuvent être néfaste pour les relations futures.

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES POPULAIRES

Haut